Projet « Vers l’autonomisation alimentaire du Lemur Rescue Center » Projet de culture maraichère au Lemur Rescue Center

Participez au projet ...FAITES UN DON

The Lemur Rescue Center is the 1st center of care and research on lemurs created by the NGO Reniala in 2011 in Madagascar
The center hosts 30 makis and we have managed to form two social groups hierarchized. Our ultimate goal is to create a group of individuals reconstituted and released into a previously selected park or reserve.
The daily diet composition of makis must be high in protein, fiber. Other food components (fat, vitamins A, D and E) are also needed to ensure the growth of these animals. The diet of maki is therefore made up of vegetables, fruits and other food supplements. Daily dietary rations and their composition follow all AZA and IPS recommendations. The food is supplied three times a week from Tuléar in 4x4. For all maki housed, the daily ration of vegetables and fruit is 8kg of each, our annual needs in fruit and To deal with any constraints, we propose to set up a project of a market gardener to ensure an autonomy in the supply of food to the makis at the LRC.
I- Contexte et justification du projet

I-1 Combats du Lemur Rescue Center

Le Lemur Rescue Center (LRC) est le premier centre d'accueil, de soins et de recherches sur les lémuriens (Lemur catta) créé par l'ONG Reniala en 2011. Il se trouve au sein de la réserve botanique et ornithologique privée "Reniala" à Mangily, à 27 km au Nord de Tuléar.  Au LRC, nous accueillons les lémuriens saisis par les autorités malgaches. Les lémuriens apportés au centre sont souvent en très mauvais état (queue coupée, borgne, cas d’agressivité et avec des comportements anormaux). Après des soins minutieux et appropriés pour que ces animaux soient en meilleur état, notre travail consiste à leur réapprendre, de part des outils différents, à vivre en groupe et à découvrir les comportements sociaux si important pour leur survie au vue d’une réintroduction dans leur milieu naturel.

Aujourd'hui, le centre héberge 30 makis (Lemur catta) et nous avons réussi à former deux groupes sociaux hiérarchisés. Notre but ultime est de créer un groupe d'individus reconstitué et relaché dans un parc ou une réserve préalablement sélectionnés. Une salle de soin a été mise en place au sein de la réserve pour s'assurer de l'état de santé des lémuriens et afin d'améliorer de manière constante leur bien-être.

En effet, le maki  est un lémurien social dont un groupe est constitué d’une vingtaine d'individus multi-mâles et multi-femelles. Le régime alimentaire naturel est constitué de fruits et de feuilles selon l'habitat et la disponibilité des ressources. Ces animaux mangent occasionnellement des insectes et des caméléons.

Selon l'Association internationale des Zoos et des Aquariums (AZA) ainsi que la Société Internationale en Primatologie (International Primatology Society, IPS), la ration alimentaire du Lemur catta en captivité doit tenir compte des besoins nutritionnels de l'espèce. Selon les recommandations de l'AZA, la composition alimentaire quotidienne des makis doit être riche en protéines, en fibres. D'autres composants alimentaires (matières grasses, vitamines A, D et E) sont aussi nécessaires pour assurer la croissance de ces animaux. La ration alimentaire des makis est, de ce fait, constituée de légumes, de fruits et d'autres compléments alimentaires. 

La composition alimentaire doit être variée pour pouvoir fournir à ces animaux tous les besoins nécessaires à leur croissance et leur bien-être. Par ailleurs, l'alimentation  devrait  être  disponible  en quantité  suffisante  pour  assurer  la  croissance  normale  des  animaux  immatures  et  le  maintien  des normes de poids corporel, de reproduction et de lactation chez les adultes.

I-2 Pourquoi une culture maraîchère ?

Au LRC, La ration alimentaire quotidienne et leur composition suivent toutes les recommandations de l'AZA et de l'IPS. La nourritture est approvisionnée trois fois par semaine de Tuléar en 4x4. Pour l’ensemble des maki accueillis au LRC, la ration journalière des légumes et des fruits est de 8kg de chaque, nos besoins annuels en fruits et légumes s’élèvent donc à 2,8 tonnes chacun. Des compléments alimentaires (fromages, beurres de cacahuètes, raisins secs, etc...) sont aussi donnés afin d'assurer un apport protéïque adéquat. Nous veillons à varier en permanence la composition de l’alimentation et sa présentation. Cela permet d'assurer l'apport adéquat en besoins nutritifs mais cela peut également fournir un intérêt et constituer un enrichissement environnemental. Les makis sont donc nourris avec des aliments appréciables de goût, sains et nutritionnellement adéquats, en accord avec les besoins de l'espèce.

Si la ville de Tuléar est réputée pour ses ressources marines et côtières, principaux attraits touristiques, elle est, en revanche, aussi connue pour la quasi-inexistance des cultures maraichères. Tous les légumes et fruits de cette ville proviennent des hautes terres à plus de 300 km. Les produits sont, par conséquent, vendus à un prix très élevé (3 fois plus élevé que celui des hautes terres). De plus, la disponibilité de ces produits sur le marché est limitée en diversité.

Pour toutes ces raisons, l'approvisionnement trois fois par semaine en alimentation des makis à Tuléar représente pour le LRC un budget conséquent. La nourriture des makis dépend de la disponibilité des fruits et des légumes sur le marché local.

 

Pour faire face à toutes contraintes, l'ONG Reniala se propose de mettre en place un projet d'un jardin maraîcher pour assurer une autonomie au niveau de  l'approvisionnement de l'alimentation des makis au Lemur Rescue Center.

Un tel projet s’accompagne de la participation des communautés locales, et sera un appui apporté à l’amélioration de  leurs conditions de vie. 

II- Missions et Objectifs du projet

Le présent projet vise donc un triple objectif qui aura un impact sur la conservation de la biodiversité et le développement socio-économique de Mangily :

- assurer une indépendance alimentaire pour le LRC

- sensibiliser les communautés locales sur le travail mené au LRC et par conséquent sur l'importance de la conservation et de la protection des lémuriens, figure emblématique de Madagascar.

- contribuer à l'amélioration des conditions de vie et à la réduction de la pauvreté des ménages et notamment des femmes

 

III- Activité prévues

Phase 1 : Identification et acquisition du terrain

 

Phase 2 : Formations théoriques et pratiques des acteurs du projet en agroforesterie

Cette formation sera réalisée avec la collaboration des consultants techniques. Cette formation consiste à amener les jardinières à maîtriser davantage les itinéraires techniques à mettre en application afin de parvenir à produire en quantité, en qualité et à moindre coût. La formation permettra aux bénéficiairess d’approfondir leur connaissance sur les matériels et équipements utilisés en maraîchage, à la maîtrise de la gestion des semences maraîchères, des critères de choix d’un site approprié au maraîchage, à la conduite d’une pépinière et des opérations culturales, au contrôle des ravageurs et des maladies.

 

Phase 3 :  Aménagement de la zone de production 

-          Aménagement d’un système d’irrigation: l’irrigation de la parcelle témoin se fera par arrosage manuel. Pour cela, deux systèmes d'irrigation seront installés :

* motopompe avec l'installation  d'un puits et d'un château d'eau.

* construction d'un puits de 10 m de profondeur

-          Mise en place d’un hangar de conditionnement pour la gestion post recolte pour conserver les produits

-          Clôture du jardin maraîcher : La parcelle sera clôturée pour protéger les cultures des introductions d'animaux dévastateurs, animaux de divagation de chèvres ou de troupeaux de zébus. Les matériels suivants sont nécessaires : bois, fils de fer barbelés.

 

Phase 4 : Achat des matériels et des semences, compostage et

- petit outillage : bêches, arrosoirs, gants, râteaux, paniers

- produits : engrais de type organique issue de compostage, produits phytosanitaires du type purin d'ortie avec un champ d'expérimentation sur les plantes les plus efficaces

 - semences : il s’agit d’acheter semences maraîchères de qualité des variétés les plus appropriées et qui sont compatibles avec les conditions climatiques et édaphiques de la région du Sud Ouest malgache.

Phase 5 : Mise en culture

-          Préparation du sol : le sol sera préparé selon les normes sur la largeur des planches et les écartement entre les lignes

-          Semi :le semi se fera en suivant le calendrier culturale de chaque variété de plantes avec des décallage acceptable pour étaler les récoltes

-          Entretien : les entretiens prévus concerne le sarclages, binages, buttages, désherbages, arrosage quotidien

-          Fertilisation : la fumure organique sera apportée lors de la préparation du sol ou    quelques jours après la levée ou la  reprise des plants.

-          Récolte : la récolte se fait environ 4_5 mois après la mise en culture  

Phase 6 : Suivi des récoltes et stockage des produits

Tri des produits des récoltes en rotation et stockage

Phase 7 : Pérennisation du projet

-          Evaluation interne, préparation à la 2e année de culture


IV- Chronogramme des activités

 

Phases

Activités

Période

 

 

Année 1

Année 2

 

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

Phase 1

Identification et acquisition du terrain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phase 2

Formations des acteurs du projet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phase 3

Aménagement de la zone de production 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phase 4

Matériels, semences et compostage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phase 5

Mise en culture (en rotation)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phase 6

Suivi des récoltes et stockage des produits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Phase 7

Pérennisation du projet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


V- Résultats attendus

 

-          Indépendance alimentaire du LRC par la production de 3-4t /an de légume et 2-3 t de fruit/an; les excédants seront commercialisé pour permettre une autonomisation du projet.

 

-          Projet pilote dans la région du Sud Ouest malgache

 

 

 

VI- Nos partenaires

 

Dans la réalisation de nos actions, nous travaillons en partenariat avec de nombreux organismes malgaches et internationaux et des primatologues à travers le monde. Nos principales partenaires sont : Fondation Brigitte Bardot, SuLaMa, GERP, Touroparc conservation, La direction régionale de l’environnement, de l’écologie et des forêts (DREEF Atsimo andrefana), le Ministère de l’agriculture. Dans le cadre de ce projet, nous souhaitons une collaboration avec le ministère de l’agriculture.

 

 

 

 

 

VII- Budget estimatif du projet : 31500 euros

 

Désignation

Montant (€)

Achat du terrain

17 000 €

Formations des membres (théoriques et pratiques)

1 500 €

Achat matériels petit outillage (arrosoirs,bêches, tuyau)

500 €

Clôture (installation de clôture, main d'œuvre)

1 500 €

Installation d'un puits (main d'œuvre,outillage, château d'eau, moto-pompe)

3 000 €

Achat de semences (1ère et 2è année de culture)

600 €

Frais administratifs

200 €

Maisons du  gardien, hangar pour stockage des produits 

4500 €

Salaire d’1 gardien et de 8 jardinières

2 400 €

Sous-total

31 200 €

Imprévus

300 €

Total

31500 €